Musée
AccueilMuséeLe Musée ColetteLe deuxième étage
Guide en Français
English guide
Guía español
Guia português

La bibliothèque imaginaire et la salle de projection

La poursuite de l'escalier mène au cœur de l’œuvre écrite en passant par une visualisation douce et calme des paysages de la Puisaye qui ont émerveillé son enfance et profondément marqué son écriture.

Dans la bibliothèque où tout appelle à la lecture (couleurs pastels, sièges, tables...) 1500 livres s'ouvrent sur une page unique où l'on pourra se délecter de 1500 éclats splendides recueillis dans la monade des œuvres complètes.

Une salle de projection présente en continu un documentaire de 1995 intitulé Colette 1873-1954, réalisé par Jacques Tréfouël et scénarisé par Gérard Bonal. Ce portrait de la série télévisée "Un siècle d'écrivains" montre l'attachement de la provinciale pour son pays natal. Y sont notamment évoqués, à travers des témoignages et des archives, que rythme la voix de Colette, la découverte de Paris après son mariage avec Willy, les succès de ses premiers romans et sa participation à la vie parisienne à travers ses chroniques journalistiques.

 

Horaires de projection du film (durée 45 min) :

  - 10h30         - 14h30
  - 11h30         - 15h30
  - 12h30         - 16h30
  - 13h30

Le cabinet Colette de Jouvenel

Cette pièce est dédiée aux proches de Colette, famille, amis ou amants. Une place particulière est réservée à sa fille, Colette de Jouvenel, Bel-Gazou pour la littérature.

La petite fille qui voit le jour le 3 juillet 1913 n'aura pas l'enfance privilégiée que sa mère connue auprès de Sido et du Capitaine. Ses parents sont des personnages publics fort accaparés par leur métier et n'ont guère le temps de s'occuper d'une enfant. Sénateur, grand homme politique, Henry de Jouvenel poursuivait alors une carrière en plein essor, tandis que sa femme bâtissait une à une les pièces d'un édifice qui devait faire d'elle madame Colette, la grande Colette, l'écrivain chargé d'honneurs.

L'enfant sera confié à une nurse anglaise, Miss Draper, d'une rigidité inflexible. La petite devra se contenter de trop brèves apparitions de ses parents.

Devenue femme, Colette de Jouvenel montrera de réels talents d'écrivain, entre autres, dons qu'elle ne développera ni n'exploitera jamais.

Jusqu'à sa mort, en 1981, Colette de Jouvenel a mis tout son cœur à défendre et à faire vivre l'oeuvre de sa mère. Dès 1974, elle œuvre dur pour la création d'un musée dédié à Colette.

Malheureusement son entreprise verra le jour sans elle.

Puisse ce musée satisfaire son vœu à titre posthume, qu'elle trouve ici la place qui est la sienne, tout près du cœur de sa mère.

La salle Raymond Corbin

Raymond Corbin est entré en relation avec Colette afin de réaliser sa médaille. Deux feuillets manuscrits exposés dans ces deux vitrines, rédigés par l'artiste à la veille de son 91e anniversaire pour la présente exposition, résument l'historique de cette entreprise.

Le balcon Fernand Rolland

Fernand Rolland était un poète et un peintre qui travailla à partir des années cinquante avec son ami Jean-Louis Vetter, dans une partie du château du Tremblay sur la commune de Fontenoy-en-Puisaye. Tous deux se sont attachés à la restauration de ces bâtiments pour y faire un centre d'art qui joue un rôle important dans la vie culturelle de la Puisaye et de l'Yonne depuis cette époque.

Cet espace, comme un balcon sur les travaux à faire, mais aussi sur un patrimoine secret et mal connu, lui est un premier hommage.

 
© 2011 musée Colette - site réalisé par Créacteurs Studio - infos légales.