AccueilPágina de inicioExposiciones temporales

Choose your language

Guide du Musée

Guide en français
English Guide
Guía español
Guia português

Retrouvez-nous sur

 

"J'appartiens à un pays que j'ai quitté..."

2016

De Claudine à l’école à ses derniers écrits, l’œuvre de Colette forme une immense mosaïque dont chaque éclat participe à la recréation du Saint-Sauveur qu’elle connut.

D’abord évoqué de façon ambiguë, voire féroce, le pays natal va devenir peu à peu le motif essentiel de sa mythologie. Sans doute faut-il ajouter à l'influence de Willy, son premier mari, des rancunes encore vivaces, des blessures toujours sensibles : Saint-Sauveur avait commenté sans indulgence les échecs politiques de son père et, peu avant qu’elle commence à écrire, la ruine de sa famille.

À partir de La Maison de Claudine, en 1922, tout change et de façon définitive. Colette ressuscite le village de son enfance sans mépris, ni malveillance. Les habitants de Saint-Sauveur occupent désormais le rôle qui sera le leur jusqu’aux œuvres ultimes. Ils animent le bourg autour de la famille… échanges de jardin à jardin, visites de voisinages, conversation à la sortie de la messe, noces de domestiques… Nous sommes loin de la population de bandits que Claudine prêtait à Montigny-Saint-Sauveur.

Des croquis particulièrement bien sentis s’imposent fortement à la mémoire du lecteur. M. le curé Millot qui eut maille à partir avec Sido la mécréante ; Mme Bruneau et « son mari dérisoire » ; Nana Bouilloux, petite beauté provinciale figée dans sa splendeur ; Mme Saint-Alban, Pomone de Bohême ; le père Gruel, préparateur de peaux de lapins ; les deux fils Mabilat, épiciers rue de la Roche ; Bouilloux et Labbé, « curiosités gargantuesques », dépeints avec une verve toute rabelaisienne… autant de personnages rendus à leur vérité villageoise.

Comme ses frères autrefois, de l’univers de son enfance, Colette n’a voulu garder finalement que la fleur, le meilleur, tout ce qui rajeunit et recommence. Une histoire qui court obscurément dans les marges d’ombre de la mémoire et de la création. Le mythe de toute une vie.

 

Exposition conçue et produite par le Centre d’études Colette
Direction des Affaires culturelles du Conseil Départemental de l'Yonne

 

Colette y la publicidad

2015

Para celebrar el vigésimo aniversario del museo


André Villiers, Presidente del Consejo Departamental de Yonne, y Dominique Vérien, alcade de Saint-Sauveur, el 6 de junio de 2015, estaban en el museo para celebrar el vigésimo aniversario del museo y  la inauguración de la exposición temporal “Colette y la publicidad".

Centro de Estudios Colette: +33 (0)3 86 72 85 28

Colette, una mujer en la guerra

2014

Centro de Estudios Colette: +33 (0)3 86 72 85 28

Colette de Jouvenel, nombrada “Bel-Gazou”, hija de Colette

2013

Centro de Estudios Colette : +33 (0)3 86 72 85 28

En la sombra de una madre, el nacimiento del dia

2012

(Exposición sobre Sido, madre de Colette)

Centro de Estudios Colette: 03 86 72 85 28

affiche de l'exposition 2012
 
© 2011 musée Colette - site réalisé par Créacteurs Studio - infos légales.